Tokaido - Un voyage extraordinaire au Japon

  • Publié le
  • Par Maxime Barrette
  • 0

Vous êtes un voyageur en quête d’expériences humaines hors pair et êtes transporté dans un Japon d’autrefois, sur la fameuse route entre Kyoto et Edo appelée Tokaido. Vous devrez avoir accumuler le plus d’éléments enrichissants sur votre chemin pour remporter la partie!


Le français Antoine Bauza est le fameux designer de Tokaido. Il nous a entre autres offert les chefs-d’œuvre 7 Wonders Duel, Takenoko et Hanabi. Tokaido a été publié en 2012 et depuis, des extensions ajoutant notamment des personnages ou des lieux à visiter sont disponibles pour enrichir davantage votre voyage. Son acolyte Xavier Gueniffey Durin (Seasons, Taluva) a campé le rôle d’illustrateur.

TOKAIDO

Tokaido utilise des pions de personnages pour illustrer le cheminement des joueurs sur le parcours du jeu. Ceux-ci débutent dans une halte de départ et avancent tous ensemble vers chaque halte, à des rythmes différents. Le jeu n’utilise pas le mécanisme standard de passer les dés au joueur de gauche. C’est plutôt au joueur situé derrière les autres sur le parcours de jouer. La partie se termine lorsque tous les joueurs ont atteint la dernière halte.

 

À chaque tour de jeu, le joueur doit entreprendre une nouvelle étape de son admirable périple. Il positionne simplement son marqueur sur l’action désirée et l’exécute. Plusieurs expériences s’offrent à lui :

 

  • Reposer son âme dans une source chaude;
  • Faire une courte escale dans un village;
  • Se procurer de magnifiques souvenirs;
  • Rencontrer des gens formidables;
  • Ajouter un portrait à un des trois panoramas de paysages époustouflants;
  • Visiter un temple célèbre;
  • Déguster des mets locaux incroyables.

 

Toutes les actions contribuent à augmenter le pointage des joueurs, à l’exception du passage dans un village qui rapporte de l’argent. Elles sont relativement toutes équivalentes en termes d’attribution de points. Cependant, les actions peuvent récompenser davantage les joueurs lorsque ceux-ci les accumulent efficacement. En effet, un joueur gagnera plus de points s’il détient, par exemple, une variété de souvenirs importante, s’il complète un panorama ou s’il côtoie le plus d’individus lors de son voyage. Les joueurs ont également l’obligation de s’arrêter à chaque halte pour faire le plein d’énergie et savourer une spécialité culinaire locale. Lorsqu’ils sont tous repus – faute d’argent, certains joueurs resteront le ventre vide –, ils poursuivent leur excursion jusqu’au prochain arrêt. Tokaido est donc un jeu d’actions où les voyageurs choisissent eux-mêmes le contenu de leur périple à travers quatre stations communes.

 

Le mot-clé à retenir à propos de Tokaido est « relax ». Quand on sort Tokaido de l’armoire, on a la certitude qu’on va se détendre et jouer à un jeu plaisant. Aucune tête ne se cassera! Aussi, le thème japonais est réellement ravissant : de la simplicité et de la pureté de la boîte du jeu jusqu’aux détails les plus fins. Le choix des couleurs et les traits délicats parmi tout le matériel du jeu réitère l’atmosphère sereine qui en émane.

 

 

Par ailleurs, le jeu est simple et se joue rapidement. Lorsque je présente Tokaido à de nouveaux curieux, il me suffit de leur résumer les actions possibles et le fonctionnement des haltes, puis la partie commence. Tokaido devient compréhensible en y jouant. De cette façon et puisque la longueur d’une partie est très raisonnable, il s’adapte à des publics divers.

 

Dans le même ordre d’idées, il est rare qu’un écart important sépare le pointage des joueurs. Que ce soient des néophytes en la matière ou des experts fanatiques, personne ne peut prédire le joueur victorieux. Est une autre remarquable qualité du jeu que de négliger l’aspect stratégique et compétitif pour favoriser le plaisir de jouer en bonne compagnie.

 

Négliger n’est pas synonyme d’éliminer. Il y a certes quelques stratégies à exploiter même si ce n’est pas, d’après moi, l’essentiel de Tokaido. En général, il s’agit simplement d’observer les actions possibles et d’opter pour l’action la plus rentable sans laisser une marge de manœuvre trop importante à ses adversaires. La clé est réellement de s’adapter à la mécanique exceptionnelle du jeu. Par exemple, aller percevoir de la monnaie dans un village situé très loin sur le parcours vous contraindra à regarder jouer vos adversaires jusqu’à ce qu’ils vous aient dépassé. Ce n’est pas idéal!

 

Je dois souligner que Tokaido offre une alternative à deux joueurs que je trouve plus qu’intéressante. Pour ajouter du piquant et une dose de stratégie, un joueur neutre s’immisce dans la partie. Si ce joueur neutre – appelons-le John – est en dernière position sur la route, le joueur en première position a le loisir de le faire avancer vers une action. Ainsi, John peut « bloquer » des actions qui auraient été bénéfiques pour l’adversaire. John ne mange pas, ne parle pas à personne, ne prend pas de bain… en fait, John ne fait qu’être là, tel un boulet qui s’installe où l’on lui indique. John s’ingère uniquement dans la partie lorsqu’il est au Temple, où la banque lui octroie une pièce de monnaie pour ainsi en faire don. Le chanceux! Pour ma part, la partie à deux est solide et mérite autant de notoriété que la partie « standard », grâce à John le bloqueur.

 

 

Tokaido propose également dix personnages pour personnaliser l’expérience individuelle. Chaque personnage a un titre et une fonction particulière qui amène le joueur à entrer davantage dans la peau de son voyageur. Ils désignent également les bourses de départ respectives. Habituellement, une grosse bourse signifie un pouvoir moindre et vice versa. L’orpheline, par exemple, ne commence qu’avec deux pièces, mais mange gratuitement lorsqu’elle arrive à une halte (c’est très fort, je vous le dis!). Le livret de règles propose de ne pas introduire les personnages dans une partie avec débutants. Bof! À mon avis et selon mes expériences, les personnages ne sont pas compliqués et ajoutent un charme plaisant à la dynamique du jeu.

 

Bref, Tokaido est un jeu que j’adore pour l’atmosphère décontracté qu’il apporte. Il est également très simple à comprendre et se glisse aisément dans n’importe quel salon, même dans celui de votre oncle qui ne joue qu’aux cartes. Il est beau, il revêt un thème qui, selon moi, émerveille et suggère réellement la sensation de voyager et de parcourir une route japonaise parsemée d’expériences fantastiques. Un impératif dans ma ludothèque!

 

★★★★★★★★★☆

 

 

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Abonnez-vous à notre infolettre

Tous droits réservés 2020 L'As des jeuxL'As des jeux